Au-delà des mots

Chaque mois, nous décortiquons un ou deux mot(s) ou expression(s) : origine, signification, usage, sens suggéré… Ce mois-ci : Burnout et Empowerment (subsidiarité).

Burnout

Le burnout est un état d’épuisement émotionnel, mental et physique causé par un stress prolongé ou répété. Il se caractérise par trois dimensions principales : l’épuisement, la baisse de l’intérêt pour le travail et un sentiment de perte de capacité professionnelle. Les cadres intermédiaires et les agents de maîtrise ont un rôle important à jouer dans la prévention du burnout. En permanence sur le terrain, ils sont capables de jauger le stress chez les salariés, d’analyser leur besoin d’aide et de commencer à leur apporter un soutien.

Les techniques de gestion de projet, de réingénierie et d’autonomisation maladroitement, voire brutalement mise en place dans le monde du travail depuis les années 90, ont accentué le phénomène. Ce fut le cas chez France Télècom, devenu depuis Orange, avec l’initiative « Time to move » qui a occasionné 35 suicides en 2008 – 2009.

Empowerment (subsidiarité)

Néologisme anglo-saxon qui tient son radical dans le mot Power (pouvoir) auquel il adjoint implicitement les notions d’autorité et de puissance. L’empowerment recouvre l’ensemble des actes managériaux consistant à faire monter en puissance les collaborateurs, de façon à ce qu’ils se sentent autorisés et aient tout pouvoir de répondre aux besoins et attentes des clients. En d’autres termes, il incitechaque salarié à s’approprier son travail, à agir et décider au niveau qui estle sien. L’équivalent en français pourrait être subsidiarité.

L’équipe ou la personne empowered est sensée reposer sur trois  piliers : la vision, l’autonomie et l’appropriation. Autrement dit, il s’agit  de la totale prise en main par le salarié de sa propre destinée  professionnelle et de celle des produits ou services dont il est en charge  dans un contexte donné. L’empowerment recouvre une idée visant à faire de  chaque salarié un mini-entrepreneur.